Nouveau rapport sur la politique d’externalisation des frontières de l’UE et les entreprises qui en bénéficient
14-05-2018 -

 

Nouveau rapport sur la politique d’externalisation des frontières de l’UE et les entreprises qui en bénéficient

 

 

Nouveau rapport sur la politique d’externalisation des frontières de l’UE et les entreprises qui en bénéficient

 

Le Transnational Institute (TNI) et Stop Wapenhandel (Campagne néerlandaise contre le commerce des armes) sortent aujourd’hui un rapport soutenu par Agir Pour la Paix, «Expanding the Fortress», qui examine les politiques d’externalisation des frontières de l’Union européenne (UE). Selon le rapport, les politiques de coopération de l’UE avec ses pays voisins et les pays d’origine des réfugiés accordent aujourd’hui une large place aux questions de contrôle des migrations. L’Europe collabore ainsi avec des régimes autoritaires, responsables de violations des droits humains, que ce soit en formant leurs forces de sécurité ou en leur fournissant du matériel. Ces politiques contribuent à détourner une partie de l’aide au développement et profitent essentiellement à des entreprises et sociétés de conseil dans les secteurs de la défense et de la sécurité. Les migrants, eux, sont contraints d’emprunter des routes toujours plus dangereuses.

Le rapport «Expanding the Fortress» revient sur la multiplication rapide des mesures et accords d’externalisation des frontières qui a débuté en 1992 et s’est accéléré depuis 2015 et le sommet de la Valette. Le contrôle des migrations est devenu un objectif central des relations extérieures de l’Europe, y compris dans ses politiques commerciales et d’aide au développement. Concrètement, la coopération sur la sécurité des frontières des voisins de l’UE implique la formation des forces de police d’Etats tiers, des dons de matériel, y compris des navires de patrouilles, des véhicules ou du matériel de surveillance, et des accords sur le retour des réfugiés dans les pays qu’ils ont fuit.

Parmi les 35 pays considérés comme prioritaires par l’UE pour sa politiques d’externalisation des frontières :

  • 48% (17) ont un gouvernement autoritaire et seulement quatre peuvent être considérés comme démocratiques;
  • 100% (35) posent des risques extrêmes ou élevés pour l’exercice des droits humains;
  • 51% (18) sont classés comme « faibles » dans les indicateurs de développement humain.

Malgré cela, l’UE et ses Etats membres signent avec ces pays des accords qui légitiment leurs gouvernements, fermant les yeux sur les violations des droits humains, et fournissent des soutiens financiers, techniques et/ou matériels à leurs services de sécurité, alors que ceux-ci peuvent être responsables d’exactions. Le rapport se penche en particulier sur les coopérations avec la Turquie, la Libye, l’Égypte, le Soudan, le Niger, la Mauritanie et le Mali, que ce soit dans le cadre d’accords européens ou d’accords bilatéraux avec des pays comme la France, l’Italie ou l’Allemagne.

Outre la légitimation de régimes controversés, ces politiques forcent les migrants et réfugiés à emprunter des routes plus dangereuses pour fuir les répressions, et à s’appuyer sur des réseaux de passeurs devenus clandestins. Ces traversées plus compliquées ont entrainé une augmentation du nombre de morts, que ce soit dans la Méditerranée centrale ou dans les déserts d’Afrique du Nord.

Ces politiques bénéficient aux entreprises d’armement et de sécurité qui investissent de plus en plus dans les technologies de surveillance et de sécurité aux frontières. Thales, Airbus ou Leonardo – qui sont aussi des exportateurs d’armes dans la région – les entreprises de services biométriques Veridos, OT Morpho ou Gemalto, ou les sociétés de défense turques Aselsan et Otokar profitent de ce marché du contrôle des frontières au-delà de l’Europe. Autres grands gagnants : les sociétés de conseil et coopération technique qui remportent les marchés de formation des forces de sécurité, à commencer par Civipol, opérateur du Ministère de l’intérieur français, ou Expertise France, l’agence de coopération technique de la France.

Pour Mark Akkerman, chercheur et auteur du rapport : «Ce rapport révèle que dans ses politiques extérieures, l’UE est devenue obsédée par le contrôle des migrations, et ce indépendamment des coûts pour le pays ou pour les personnes déplacées. C’est une vision étroite de la sécurité, et finalement contre-productive, car elle ne s’attaque pas aux causes profondes qui poussent les gens à émigrer. En renforçant les forces militaires et de sécurité dans des régions instables, elle risque d’exacerber la répression et d’attiser des conflits qui forceront encore plus les gens à quitter leurs pays. Il est temps de changer de cap. Plutôt que d’externaliser les frontières et les murs, nous devrions externaliser la vraie solidarité et le respect des droits humains.»

Rapport en anglais disponible à l’adresse www.tni.org/expandingfortresseurope

Résumé en français du rapport ici

expanding_the_fortress_-_resume_du_rapport_-_fr

Arrêtez d'armer l'Arabie Saoudite!
08-05-2018 -

Une dizaine de citoyens concernés, du collectif "Désarmez !" ont projeté ce matin de la peinture rouge symbolisant le sang versé par les victimes Yéménites sur les vitres du bureau du Mouvement réformateur, ils y ont également apposé des messages détournant le slogan du parti. Par cette action ils ont pointé du doigt la responsablité du Mouvement réformateur dans la guerre au Yémen face à son refus de mettre un terme à la vente d'armes vers l'Arabie Saoudite.

Une dizaine de citoyens concernés, du collectif "Désarmez !" ont projeté ce matin de la peinture rouge symbolisant le sang versé par les victimes Yéménites sur les vitres du bureau du Mouvement réformateur, ils y ont également apposé des messages détournant le slogan du parti. Par cette action ils ont pointé du doigt la responsablité du Mouvement réformateur dans la guerre au Yémen face à son refus de mettre un terme à la vente d'armes vers l'Arabie Saoudite.
 
Le Yémen est victime depuis trois ans d'une guerre menée par une coalition de pays dirigée par l'Arabie Saoudite contre les rebelles Houthis et leur alliés. 10.000 morts, 3 millions de personnes déplacées, une épidémie de choléra et des crimes de guerre et autres violations graves du droit international humanitaire : autant de raisons qui ne semblent pas être suffisantes pour que la Belgique cesse de vendre des armes à ce pays.
 
Le MR complice
 
La Région Wallonne, dont M. Borsus (MR) est le Ministre-président, continue d'octroyer des licences d'armes destinées au gouvernement Saoudien. Les firmes FN Herstal, leader mondial de la vente d'armes légères vers ce pays et Cockerill Maintenance & Ingénierie (CMI) qui détient "le contrat du siècle" de 4 milliards d'euros (pour des tourelles de chars de moyen et gros calibres avec le Canada, qui seront ensuite montées sur des chars d'assaut et expédiées vers l'Arabie Saoudite), en sont la preuve. 
 
Une délégation de parlementaires fédéraux, composée de P. De Roover (N-VA) et S. Lahaye-Battheu (Open VLD) avec à sa tête A. Destexhe (MR), est en ce moment entrain d'effectuer un déplacement "diplomatique" en Arabie Saoudite. 
 
 
Lobby tour armement - politiques migratoires européennes
05-04-2018 -


14.03 | Lobby Tour Armement « Politiques migratoires européennes »



14.03 | Lobby Tour Armement « Politiques migratoires européennes »


Banner_Lobby_tour


«Quand le business des armes met l’Union européenne sous influence». Le samedi 14 avril 2018 à 13h30, Agir pour la Paix vous invite à un Lobby Tour de l’armement en lien avec les politiques migratoires européennes.

Nous ferons connaissance avec les grandes sociétés d’armement européen dont les bureaux sont installés à Bruxelles, au cœur même du quartier européen, et nous verrons quelles relations privilégiées elles entretiennent avec l’Union européenne … Quand le dangereux voyage des migrants vers Idomeni et Lampedusa se décide à Bruxelles…

Nous nous intéresserons de près au lobbying de ces sociétés pas comme les autres envers ces institutions ainsi qu’à leur influence sur les politiques migratoires européennes.

Quand le dangereux voyage des migrants vers Idomeni et Lampedusa se décide à Bruxelles…

A qui profite le crime migratoire ? Réponse le 14 avril !

 

Infos


stephanie@agirpourlapaix.be
http://www.istopthearmstrade.eu/fr

L’UE finance l’industrie de guerre d’Israël
05-04-2018 -

A l'heure où "la marche du retour" qui demande le retour des réfugiés Palestiniens et la fin de l'occupation israélienne a débute à la frontière israélo-palestienne, à l'heure où on déplore déjà 17 morts palestiiens suite à la répression, le journaliste David Cronin nous rappelle que l'Union européenne nourrit la machine de guerre isaélienne en financant tous les jours des programmes de recherche israéliens en matière de drones, de radars, de véhicules blindés,...

A l'heure où "la marche du retour" qui demande le retour des réfugiés Palestiniens et la fin de l'occupation israélienne a débute à la frontière israélo-palestienne, à l'heure où on déplore déjà 17 morts palestiiens suite à la répression, le journaliste David Cronin nous rappelle que l'Union européenne nourrit la machine de guerre isaélienne en financant tous les jours des programmes de recherche israéliens en matière de drones, de radars, de véhicules blindés,... Un article à lire en français ici et dans sa version anglaise ici.

04.12 | 7h | Action | Sommet de l’industrie de la défense
14-11-2017 -

Ce 4 décembre, les activistes de I Stop The Arms Trade iront perturber le sommet de l’industrie de la défense qui rassemblera des chefs d’entreprise, des décideurs politiques, des journalistes et des universitaires pour discuter des tendances actuelles en matière de sécurité et de l’avenir de l’industrie européenne de la défense.

Ce 4 décembre, les activistes de I Stop The Arms Trade iront perturber le sommet de l’industrie de la défense qui rassemblera des chefs d’entreprise, des décideurs politiques, des journalistes et des universitaires pour discuter des tendances actuelles en matière de sécurité et de l’avenir de l’industrie européenne de la défense.

L’industrie de l’armement exerce une mainmise sur l’Europe. Pour preuve, l’UE prévoit d’allouer plus de 40 milliards d’euros à la recherche, au développement et à l’acquisition de nouvelles armes. Subventionner une industrie qui alimente crimes et conflits ne rendra pas le monde meilleur, bien au contraire. Et la seule bénéficiaire dans l’histoire n’est autre que l’industrie de l’armement…

Prochainement aura lieu deux évènements majeurs de l’industrie de l’armement. I Stop The Armes Trade compte, une fois de plus, montrer à ces marchands d’armes et politiciens de quel bois on se chauffe ! Inscrivez-vous et participez à ces actions !

Ce 23 novembre se tiendra à Bruxelles la conférence annuelle de l’Agence Européenne de la Défense (AED) où il est question d’améliorer la coopération européenne en matière de défense. Cette conférence avait déjà été perturbée l’année dernière par les activistes d’I Stop The Armes Trade.

Ce 4 décembre se déroulera le sommet de l’industrie de la défense qui rassemblera des chefs d’entreprise, des décideurs politiques, des journalistes et des universitaires pour discuter des tendances actuelles en matière de sécurité et de l’avenir de l’industrie européenne de la défense.

Rejoignez ces actions de perturbation :

1. Inscrivez-vous via ikstopwapenhandel@vredesactie.be et indiquez clairement la/les action(s) que vous souhaitez rejoindre
2. Vous recevrez un mail avec d’autres indications et procédures à suivre
3 : Invitez tous vos amis à nous rejoindre
4 : Dress Code : Mettez votre meilleure tenue de conférence et venez au briefing le matin

Pour plus d’informations et de mises à jour, consultez notre page Facebook

23.11.17 | 7h30 | Action | Conférence annuelle de l’AED
14-11-2017 -

L’année dernière, la conférence annuelle de l’Agence européenne de la défense (AED) avait déjà  été perturbée par les activistes de « I Stop The Arms Trade ». Ce 23 novembre, on remet le couvert lors de cette conférence qui visera à améliorer la coopération européenne en matière de défense.

L’année dernière, la conférence annuelle de l’Agence européenne de la défense (AED) avait déjà  été perturbée par les activistes de « I Stop The Arms Trade ». Ce 23 novembre, on remet le couvert lors de cette conférence qui visera à améliorer la coopération européenne en matière de défense.

L’industrie de l’armement exerce une mainmise sur l’Europe. Pour preuve, l’UE prévoit d’allouer plus de 40 milliards d’euros à la recherche, au développement et à l’acquisition de nouvelles armes. Subventionner une industrie qui alimente crimes et conflits ne rendra pas le monde meilleur, bien au contraire. Et la seule bénéficiaire dans l’histoire n’est autre que l’industrie de l’armement…

Prochainement aura lieu deux évènements majeurs de l’industrie de l’armement. I Stop The Armes Trade compte, une fois de plus, montrer à ces marchands d’armes et politiciens de quel bois on se chauffe ! Inscrivez-vous et participez à ces actions !

Ce 23 novembre se tiendra à Bruxelles la conférence annuelle de l’Agence Européenne de la Défense (AED) où il est question d’améliorer la coopération européenne en matière de défense.

Ce 4 décembre se déroulera le sommet de l’industrie de la défense qui rassemblera des chefs d’entreprise, des décideurs politiques, des journalistes et des universitaires pour discuter des tendances actuelles en matière de sécurité et de l’avenir de l’industrie européenne de la défense.

Rejoignez ces actions de perturbation :

1. Inscrivez-vous via ikstopwapenhandel@vredesactie.be et indiquez clairement la/les action(s) que vous souhaitez rejoindre
2. Vous recevrez un mail avec d’autres indications et procédures à suivre
3 : Invitez tous vos amis à nous rejoindre
4 : Dress Code : Mettez votre meilleure tenue de conférence et venez au briefing le matin

Pour plus d’informations et de mises à jour, consultez notre page Facebook

Quand l'argent européen destiné aux programmes environnementaux finance l'armement...
19-06-2017 -

La semaine dernière la Commission européenne a rendu publique ses nouveaux projets de financement du secteur de l'armement. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle semble avoir oublié que la paix est au centre du projet européen.

La semaine dernière la Commission européenne a rendu publique ses nouveaux projets de financement du secteur de l'armement. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle semble avoir oublié que la paix est au centre du projet européen.

"Aujourd'hui la Commission européenne a présenté de nouvelles mesures favorisant l'industrie de l'armement et brouillant les limites de ses compétences en matière militaire; cela ouvre la voie à l'émergence d'un complexe militaro-industriel très influent au niveau européen." dit le communiqué de presse du Réseau européen contre le commerce des armes.

Ce que la Commssion européenne ne précise pas c'est la provenance de ces fonds européens. Selon l'EU observer ils pourraient s'agir d'argent initialement prévu pour des programmes énergétiques, environnementaux et scientifiques.

La pétition demandant à l'UE de renncer à ses investissements dans les armes de guerre est plus que jamais d'actualité. Vous pouvez la lire et la signer ici, et merci de participer  largement à sa diffusion !

Lobbytour_logo
Lobby tour de l'armement spécial Israël
08-06-2017 -

Il y a 50 ans, entre le 5 et le 10 juin 1967, avait lieu la guerre des Six Jours. Celle-ci mena à l’annexion de territoires par Israël, dont certains le sont toujours à ce jour, et ce en violation du droit international. i 10 juin 2017, dans le cadre de sa campagne "I stop the arms trade", Agir pour la Paix vous invite à un Lobby tour de l’armement spécial Israël.

Lobbytour_logo

Il y a 50 ans, entre le 5 et le 10 juin 1967, avait lieu la guerre des Six Jours. Celle-ci mena à l’annexion de territoires par Israël, dont certains le sont toujours à ce jour, et ce en violation du droit international.
Samedi 10 juin 2017, dans le cadre de sa campagne "I stop the arms trade", Agir pour la Paix vous invite à un Lobby tour de l’armement spécial Israël. Cette visite guidée au coeur du quartier européen vous emmènera au pieds des bureaux des grandes sociétés d’armement européennes à Bruxelles. Nous verrons quelles relations privilégiées elles entretiennent avec Israël d’une part et avec l’Union européenne d’autre part et comment elles utilisent les Territoires occupés comme terrain d’expérimentation à ciel ouvert. Nous nous intéresserons de près au lobbying de ces sociétés pas comme les autres envers les institutions ainsi qu’à leur influence sur les relations Union européenne-Israël. Un autre regard, une autre réflexion…

Quand le business des armes met l’Union Européenne sous influence…

Samedi 10 juin 2017 - Rendez-vous sur le rond-point Schuman à 14h - Gratuit
Infos : stephanie@agirpourlapaix.be

Facebook

La Belgique viole le Traité sur le Commerce des Armes
08-06-2017 -

Trois ans après la ratification par la Belgique du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) le 3 juin 2014, Amnesty International Belgique francophone dénonce le non-respect par la Région wallonne de ses engagements internationaux dans le cadre des relations commerciales qu’elle entretient avec l’Arabie saoudite en matière d’armement.

 

Trois ans après la ratification par la Belgique du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) le 3 juin 2014, Amnesty International Belgique francophone dénonce le non-respect par la Région wallonne de ses engagements internationaux dans le cadre des relations commerciales qu’elle entretient avec l’Arabie saoudite en matière d’armement.

 

Trois ans après la ratification par la Belgique du Traité sur le Commerce des Armes (TCA) le 3 juin 2014, Amnesty International Belgique francophone dénonce le non-respect par la Région wallonne de ses engagements internationaux dans le cadre des relations commerciales qu’elle entretient avec l’Arabie Saoudite en matière d’armement.

Ce Traité qui vise à “réduire la souffrance humaine” au moyen de nouvelles règles mondiales régissant le commerce des armes précise que toutes les transactions doivent être évaluées selon des critères stricts, notamment le risque que ces armes soient utilisées pour commettre les crimes les plus graves, dont des attaques dirigées contre les civils. L’article 6§3 du TCA précise ainsi qu’un État ne doit autoriser aucun transfert d’armes classiques s’il a connaissance que ces biens pourraient servir notamment à commettre des violations graves des Conventions de Genève de 1949.

« Trois ans jour pour jour après avoir ratifié ce Traité, la Belgique ne respecte pas les engagements du Traité alors que la Région wallonne continue de vendre ses armes aux dirigeants du royaume d’Arabie Saoudite qui, outre les violations des droits humains qu’elle commet sur son propre sol, est à l’origine, dans le cadre de la guerre qu’elle mène au Yémen, de nombreuses attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil », déclare Philippe Hensmans, directeur de la section francophone d’Amnesty International Belgique.

« Il est de la responsabilité de la Région wallonne de veiller à ne pas se rendre complice des graves violations des droits humains en Arabie saoudite, et des crimes commis au Yémen, raison pour laquelle nous demandons la suspension des exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite. »

Amnesty International Belgique francophone demande par ailleurs que le décret wallon réglementant le commerce des armes soit revu afin de mettre en place un régime de contrôle "efficace et transparent" tel que requis par l’article 5§5 du TCA.

« Le manque de transparence dans l’exportation des armes est en effet hautement problématique alors que le Traité exige une clarté sur le destinateur final et des précisions sur le volume envoyé aux forces de sécurité des pays concernés », explique encore Philippe Hensmans.

Amnesty International demande dès lors que la Région wallonne fournisse des informations claires sur la quantité précise d’armes exportées, leur utilisateur final et les exportations effectives par destination et par type d’arme, ainsi que leur valeur financière.

En l’absence de mesures publiques fiables garantissant la traçabilité des armes vendues par la Région Wallonne, et vu les violations massives des droits humains et des crimes de guerres dont se rend coupable l’Arabie saoudite, Amnesty International demande une nouvelle fois que les exportations d’armes vers ce pays soient suspendues afin que le Traité sur le Commerce des Armes ne reste pas lettre morte.

Une pétition demandant le gel des ventes d’armes à l’Arabie saoudite a déjà recueilli quelque 13000 signatures.

Lien vers article d'Amnesty International

 

Logo Lobby tour
Lobby tour de l'armement en lien avec les politiques migratoires européennes
25-03-2017 -

 

Logo Lobby tour

 

Quand le business des armes met l’Union européenne sous influence… Le samedi 15 avril 2017 à 14h00, Agir pour la paix vous invite à un Lobby Tour de l’armement en lien avec les politiques migratoires européennes . Nous ferons connaissance avec les grandes sociétés d’armement européen dont les bureaux sont installés à Bruxelles, au cœur même du quartier européen, et nous verrons quelles relations privilégiées elles entretiennent avec l’Union européenne … 
Nous nous intéresserons de près au lobbying de ces sociétés pas comme les autres envers ces institutions ainsi qu’à leur influence sur les politiques migratoires européennes.

Quand le dangereux voyage des migrants vers Idomeni et Lampedusa se décide à Bruxelles…

Samedi 15 avril 2017, départ SUR le rond-point Schuman à 14h00 – Gratuit

stephanie@agirpourlapaix.be

Facebook

Site Agir pour la Paix

 

 

Pages